Avez vous pensé à consulter un graphothérapeute ?

Votre enfant écrit lentement ?
Il se plaint de douleurs ?
Les écrits de votre ado sont illisibles ? Sales ?
Votre enfant est détecté à haut potentiel et vous vous
demandez si vous pouvez lui faire passer une classe ?
Vous avez du mal à vous relire ?
Ecrire vous est difficile ? Vous n’y arrivez plus ?

Dysgraphie

Est dysgraphique, une personne chez qui la qualité de l’écriture est déficiente alors qu’aucun déficit neurologique ou intellectuel n’explique cette déficience.

En savoir plus

Graphothérapie

La graphothérapie est la rééducation du geste graphique et des troubles liés à l’écriture chez une personne dysgraphique, quels que soient son âge et son style d’écriture.

En savoir plus

Bilan graphomoteur

Le bilan se compose d’une série de petits tests divers et variés, parfois sans rapport avec l’écriture, d’un test de vitesse, d’une petite dictée et de tests de dessin.

En savoir plus

«Graphopatho»

La graphotherapie clinique et pathologique est la rééducation de l’écriture des personnes atteintes de déficiences neurologiques et/ou de troubles associés.

En savoir plus

Des Maux d’Encres vous accueille à Saint Malo (sur rendez-vous)

Entrée du cabinet "Des Maux d'Encres"

Myriam-Guibourgé

Diplômes

Formations

 

Annuaires

Qui suis-je ?

Maman de 2 garçons dysgraphiques, j’ai commencé à m’intéresser à cette discipline méconnue parce que les cahiers de mes enfants étaient sales, mal écrits, mal tenus et que cela ne semblait pas affoler les instituteurs qui m’assuraient que cela passerait avec le temps.

Il n’en fut rien, cela a même été pire pour mon aîné droitier, en entrant en 6ème où il a perdu des points à cause de cela et pour mon second, gaucher qui s’est longtemps réfugié derrière cette latéralité pour excuser sa lenteur.

Je suis très sensible à l’écrit, à la calligraphie, au côté artistique et cela me perturbait de voir de tels cahiers. Pour moi cela était révélateur d’un trouble certain et non passager, comme cela me l’a été confirmé pendant mes études.

En fouillant sur internet, j’ai croisé d’autres personnes dans la même situation que la mienne qui avaient eu recours aux services d’un graphothérapeute avec des résultats surprenants.

J’ai donc décidé de me former à ce nouveau métier : il me fallait d’abord comprendre l’histoire, la symbolique et les mécanismes de l’écriture avant de pouvoir la rééduquer.

J’ai donc commencé par 2 années de graphologie à Paris à la SFDG (Société Française de Graphologie). J’ai approfondi cet enseignement sur Nantes pendant plus d’un an avec l’AGBPL (Association de Graphologie de Bretagne et des Pays de Loire).

Puis j’ai choisi le Geste Graphoformations sur Paris pour ma spécialisation en graphothérapie, l’analyse du dessin de l’enfant et la graphothérapie clinique et pathologique.

Je suis diplômée de ces deux organismes de formation.

Ensuite j’ai approfondi la Brain Gym au cours de formations à l’ECAP de Nantes et me suis initiée à la normalisation des réflexes archaïques et posturaux avec le CERRE et sa méthode Arkagym.

Ce qui au départ n’était qu’un intérêt personnel s’est transformé en passion au fil de mes enseignements et rencontres. Il devenait naturel pour moi de m’établir en tant que graphothérapeute afin d’aider d’autres familles dans la même situation que celle vécue.

Depuis que je suis installée, je m’intéresse à tout ce qui touche aux apprentissages d’une façon générale et surtout à ce qui peut les bloquer. C’est pourquoi je me suis formée à la Kinésio Crânio Sacrée auprès de Pierre Jean Vanden Houdt : sa pratique permet de faciliter en douceur la libération des blocages, des douleurs, des peurs …

« Osez risquer le Succès » est son slogan : en effet, l’homme est fait pour apprendre et pour le faire dans les meilleures conditions, il doit pouvoir bouger, être libre de ses mouvements et de ses choix. Or parfois la vie, les expériences, les peurs font que nous nous sentons bloqués physiquement et/ou émotionnellement. Et notre capacité d’apprentissage dys-fonctionne… la dysgraphie n’en est qu’une illustration comme j’ai pu le constater avec les nombreux jeunes que j’ai vus en bilan et en rééducation.

Pour aller plus loin…